ACTUALITÉS

 

 

Vendredi 9 novembre à 14h

 

COLLIN DU BOCAGE Hôtel Drouot

------------

 

 

 

BH EXPERTISE

Bénédicte Hamard
45 rue de Montreuil
94300 Vincennes

Tél : +33 (0)6 85 52 00 77 

 

contact@bh-expertise.com 

www.bh-expertise.com

 

 

Du lundi au vendredi

De 9h30-12h30 14h-19h

Culture Mixtèque du Mexique

 

 

Encensoir représentant "Macuixóchitl" 

 

Ces figures souvent dénommées "Xantil"sont représentatives de la région située entre Oaxaca et Puebla.

Elles sont constituées d'une partie cylindrique formant le corps d'où émergent les bras et les jambes repliées sur le côté. Les coudes reposent sur les genoux et les bras se parent de bracelets verts. Le visage est orné de peintures corporelles à résonnances symboliques et la bouche s'ouvre sur une rangée de dents. 

Il s'agit de la divinité "Macuixóchitl", nom qui signifie les "Cinq fleurs" en aztèque. Cet avatar du dieu Xochipili (dieu des fleurs et de la végétation) est richement paré. Des boucles circulaires vertes avec des volutes ornent ses oreilles et une haute coiffe se compose d'un large noeud à quatre bandes, retenues au centre par un médaillon vert, aux motifs similaire à celui des boucles d'oreilles. Un arc formé de trois cercles surmonte le tout. Au dos, la coiffe se termine par une ailette qui couvre la nuque. 

Ce brasero servait à brûler du copal dont l'épaisse fumée s'échappait par la bouche trouée et les épaules, favorisant ainsi la communication avec les dieux. 

Terre cuite polychrome 

Culture Mixtèque, Teotitlan del Camino, Mexique 

1300 - 1521 apr. J.-C. 

H. 39,5 - l. 23 - Ep. 16 cm 

 

Provenance: 

- Ancienne collection de Robert & Marianne Huber, New York, acquis dans les années 60-90. 

- Arte Primitivo, New York. Un certificat sera remis à l'acquéreur. 

- Collection privée, France. 

 

Publication: 

Référencé dans la base de Justin KERR sous le n°9247.

 

 

 

Cultures d'Amérique du Sud

 Les Cultures Mapuche du Chili et Alamito d'Argentine

 

 

 

 

L'Art Mapuche du Chili

 

Les Sceptres à tête d'oiseau sont emblématiques des créations de la culture Mapuche. Elle s'implante dans la zone sud du Chili, entre 1200 - 1500 apr. J.-C.

Ces oeuvres sont aussi dénommés "Clava" par leur forme circulaire avec une ouverture faisant référence à un bec d'oiseau. L'oeil est en relief, gravé d'une pupille. Dans l'exmeple présenté ici, lapupille est cernée d'une étoile. Ce motifs finement gravé de croisillons souligne également le pourtour de l'oeil. Des gravures dentelées délimitent le bec et deux bandes viennent décorer la base de menton et du front. Les motifs de croissant et de cercle auraient une connotation céleste tandis que l'étoile évoquerait l'astre solaire et ses rayons donneurs de vie. Deux éléments naturels opposés et complémentaires.

Cet emblème du pouvoir réservé aux chefs de clans était symbole de force et de puissance. L'oiseau stylisé serait  à rattacher à la figure mythique du Pillán, l'esprit de l'ancêtre fondateur de la lignée.

 

Complémentaires par leur iconographie, ces deux sceptres sont extrêmement rares. Les plus beaux exemplaires sont conservés au Musée Chileno de Santiago et au M.A.S. à Anvers.  

 

 

 

2 Clavas à têtes de perroquet

Pierre volcanique à patine brune

Culture Mapuche, Chili

1200 - 1500 apr. J.-C.

H.30 - l. 19,5 - Ep. 5 cm / H.30,5 - l. 20,5 - Ep. 5 cm

 

 

 

 

 

 

L'Art d'Argentine et les masques Alamito

 

C’est au Nord Ouest de l’Argentine, dans les régions de Catamarca et de Tucuman, que les premières traces d’occupation et

de sédentarisation à la période formative (500 av – 650 apr. J.-C.) sont mises à jour. Ces sociétés, révèlent une organisation sociale hiérarchisée et concentrée autour de centres  cérémoniels. Les offrandes votives et les  dépôts funéraires en sont le reflet. Les œuvres emblématiques de cette période sont les masques humains en pierre des cultures Condorhuasi et Alamito  et les fameux suplicantes qui ont fasciné les artistes modernes comme Constantin Brancusi et Henry Moore. 

Des mortiers de la culture La Aguada de la période classique (650 – 850 apr. J.-C.) et des céramiques Santa Maria de la période Post classique dite de Belen (850 – 1450 apr. J.-C.) complètent cette vision d’ensemble et témoignent de la richesse de toute une civilisation dont peu de témoignages sont parvenus jusqu’à nous.

 

 

Que ce soit les masques en pierre Olmèques ou Teotihuacan du Mexique, il semble que toutes les cultures précolombiennes ont accordé un intérêt particulier à ce type de représentations. Ceux des cultures du Nord Ouest de l’Argentine, Condorhuasi et Alamito, ne font pas exception. 

Les masques proviennent de la région de Catamarca, de deux lieux situés de part et d’autre de la vallée de Hualfin. 

 

La culture  d’Alamito (100 – 300 apr. J.-C.), se développe à l’Est de la vallée de Hualfin. Des masques en pierre ont été retrouvés sur le site éponyme, dans un contexte funéraire, placés au pied du défunt. Le style est en corrélation avec ceux de Condorhuasi mais souvent plus épurés, avec un jeu sur les volumes géométriques accentué. Les yeux et la bouche de forme circulaire sont perforés et les sourcils bombés rejoignent la racine du nez en fort relief, pour former un T.

 

L’aspect universel de l’être humain prime avec toujours cette expression d’étonnement qui les caractérise.

 

Masque humain

Pierre volcanique grise type rhyodacite

Culture Alamito, Tecuman, Argentine

100 - 300 apr. J.-C.

H.17,4 - l. 13 - Ep. 6 cm