ACTUALITÉS

 

Vente à l'Hôtel Drouot

Jeudi 2 juillet à 15h

Salles 4

 

TESSIER - SARROU

 

------------

 

Visites Mardi 30 juin

et

mercredi 1er juillet

de 11h à 19h

 

Contact :

 

BH EXPERTISE

Bénédicte Hamard
45 rue de Montreuil
94300 Vincennes

Tél : +33 (0)6 85 52 00 77 

 

contact@bh-expertise.com 

www.bh-expertise.com

 

 

Du lundi au vendredi

De 9h30-12h30 14h-19h

Un vase Nazca

De la collection Frank ELGAR, Vente Tessier Sarrou

Vase représentant un prêtre

Terre cuite brune à engobe polychrome

Culture Nazca, Pérou

400 - 600 apr. J.-C.

H : 24 cm

 

 La céramique Nazca :

 

 Héritiers de la culture Paracas qui les a précédé, les artistes Nazca développent leur technique de céramique jusqu’à en faire

 leur moyen principal d’expression. Elle devient leur support de prédilection pour représenter leur vision du monde et leur    

 croyances.

 

 La céramique nazca se distingue des phases précédentes par des parois d’une grande finesse, des décors polychromes et une

 certaine « horreur du vide ». Les formes sont variées : coupe évasée, vase tubulaire, bouteille simple, anthropomorphe ou

 zoomorphe, gourde et vase pansu à double goulot. La phase II, qui se situe entre 400 et 600 apr. J.-C marque l’apogée. La

 surface des récipients est couverte de motifs, souvent cernés de noir, prenant place sur fond crème.

 

 

Les artistes ont élargi la gamme des couleurs avec une déclinaison de brun, d’ocre, de rouge et de crème mais aussi de gris et  

 de violet, qui font de cette période une des plus évoluées techniquement. Ils utiliseront jusqu’à 12 teintes différentes sur un

 même vase. Ces couleurs constituées de pigments minéraux comme l’oxyde de fer, l’hématite, la limonite et le manganèse

 forment l’engobe. Elles étaient appliquées avec des pinceaux sur la terre crue puis fixées par la cuisson. La richesse des

 coloris révèle une parfaite maitrise des fours à haute température et une cuisson sous atmosphère anaérobie. 

 

 

 

 Une iconographie riche de symboles

 

 Cette bouteille à fonction rituelle, nous décrit un haut dignitaire vêtu pour une cérémonie. 

 Le corps du personnage disparaît sous un ample poncho qui constitue la panse. La tête, ornée de peintures corporelles, est

 placée sur le goulot légèrement renflé et une coiffe ou une coupe forme l’ouverture. Au dos vient se fixer une anse qui se

 rattache à un second goulot plus fin. Cette typologie de bouteille est caractéristique de la phase II Nazca avec un décor qui se

 développe sur toute la surface, mêlant des motifs géométriques à des motifs mythologiques, le tout sur fond crème.

 

 L’iconographie de son poncho nous décrit une scène métaphorique de la fertilité, dont le sujet principal est la divinité

 « masquée », icône du culte des têtes coupées (Huayo).

 

 Le décor du poncho, vêtement traditionnel du Pérou précolombien, s’organise différemment sur les deux faces.  Le devant est

 constitué de deux panneaux à motifs en zigzags alternés de losanges avec point central, noirs à gauche et rouges à droite. Le

 dos est, quant à lui, animé de deux registres. Le premier en haut représente deux divinités anthropozoomorphes, dos à dos, le

 fameux dieu masqué. 

 Il s’agit de la divinité principale du panthéon nazca et la plus complexe. Un de ses principaux attributs est cet  imposant bijou

 nasal (nariguera) qui lui encadre la bouche et forme des moustaches sur les côtés. Ici les moustaches deviennent des serpents

 stylisés et on distingue deux visages sous la bouche.

 

Ornement de nez

 Culture Nazca, 180 av. – 500 apr. J.-C.

 Art Institut of Chicago, Ref. 1955.2609a-c

 

Vase

 Détail d’un vase à tête de divinité masquée

 Culture Nazca, 400 – 600 apr. J.-C.

 

 

 

 De part et d’autre de sa langue bifide, on perçoit d’autres aspects zoomorphes caractéristiques avec les pattes de jaguar et

 les griffes. Au dessus de ses yeux cernés de noir, un diadème représentant un visage englobe tout le haut de son crane.  

 Sa coiffe reprend le motif du serpent à langues bifides, dont le corps forme une volute. Le serpent central  est avalé par un  

 autre visage dont l’iconographie devient plus complexe puisqu’il se constitue de multiples visages imbriqués et stylisés. Les

 deux du haut ont une excroissance centrale qui s’apparente à une pousse végétale.

 

Déroulé du dessin du vase à l'horizontal

 

 

 Le deuxième registre est orné de motifs de serpents blancs et rouges organisés en quinconce. Enfin une bande à têtes de

 trophées stylisées, les cheveux relevés en forme de « T », souligne le pourtour du poncho. 

 

 La présence dans la partie inférieure des têtes de trophées, vient appuyer l’identification du dieu masqué, emblème du culte des 

 huayo. C’est un thème récurrent dans l’art nazca, qui fait référence à l’idée de la graine que l’on plante en terre et qui repousse.

 Certains peuples Quechua considèrent que le « camac » ou l’énergie vitale, est situé à l’intérieur de la tête. Les têtes ainsi

 déposées en offrandes comme sur le site de Cahuachi, un des plus important connu à ce jour, libèrent cette énergie pour la

 transmettre aux lieux sacrés et aux divinités qui y sont rattachées. 

 

 Ce décor fait aussi référence au rôle majeur des activités guerrières et au rang social élevé de ces hommes. Les serpents quant

 à eux sont annonciateurs de pluie. 

 

Site de Cahuachi, Pérou

 

 Ainsi la divinité masquée, accompagnée des têtes de trophée et des serpents, concentre tous les pouvoirs pour invoquer la

 fertilité : fertilité de la terre pour les récoltes agricoles dans une région aride, mais aussi fertilité de la cité et des hommes.

 Nous pouvons penser que le personnage vêtu de ce poncho riche de signification, est un prêtre dans l’exercice de ses

 fonctions. 

 

 

 

 

Les Nazca

 

La culture Nazca se développe sur la côte sud du Pérou, dans les vallées de

l’Ica, Nazca, Palpa, Pisco et Rio Grande, entre 100 av. J.-C. et 600 apr. J.-C.

Elle est principalement connue pour ses mystérieux géoglyphes représentant

des animaux, des végétaux et des êtres anthropozoomorphes, inscris dans le

désert.

Les artistes nazca nous ont aussi livrés de magnifiques

céramiques polychromes, des textiles raffinés et des bijoux en or d’une

grande finesse.

La plus grande cité est Cahuachi, un important centre cérémoniel et lieu de

pèlerinage avec une pyramide et divers bâtiments, le tout s’étendant sur

24 km2.